Des faux départs...un vrai jeudi !!!!

Publié le par m-acayalla

Après plusieurs faux départs, désillusions et beaucoup d'adrénaline... je pars jeudi !!! "a moins que le volcan ne recommence...."jajaja !!!

 

Dimanche 16 Octobre 2011 : enregistrement des bagages et direction la porte d'embarquement E38...

à une minute de l'embarquement, à 23h19, la nouvelle tombe : Vuelo cancelado... vol annulé... En l'espace de deux secondes on passe de la désolation à "c'est une blague..." et tout de suite le retour à la désolation !!! Le volcan chilien en éruption depuis Juillet fait des siennes : une nuage de cendres est au-dessus de Buenos Aires et nous ne pouvons pas décoller... Après plusieurs annonces floues, nous nous dirigeons vers des comptoirs Air France pour régulariser les billets : nous sommes tous logés dans des hôtels sur l'aéroport puis le lendemain à 9h30, notre vol décollera...

Fatiguée mais ne pouvant pas dormir, j'ai faim, toujours faim après avoir avalé le sandwich si délicieux et si gentiment offert par la compagnie... Une nuit superbe... Le seul point positif c'est la sociabilisation... heureusement les Argentins sont assez ouverts et expansifs... parce que nos compatriotes ont peu de pitié et sont peu avenants une jeune fille voyageant seule...

 

Lundi 17 octobre 2011 : le départ...

6h30 le réveil sonne, après une douche très très très rapide, je descends déjeuner et file à l'aéroport...

8h... nous attendons tous fatigués pour partir... et l'annonce tombe... notre vol ne partira pas car l'aéroport international de Buenos Aires "Ezeiza" est encore fermé...toujours les cendres du volcan... nous devons tous récupérer nos valises qui étaient restées à nous attendre dans l'avion et une seconde nuit d'hôtel nous attend...cette fois dans Roissy-ville...

Après les formalités, l'heure de récupérer la valise... et me voilà chargée : 29,4 kilos de bagage soute, 12 kilos de bagage cabine... ces six mois qui ne pèsent que 41,4 kilos (oui bon d'accord un peu plus...!) ne m'auront jamais semblés aussi lourd que ce jour... et me voilà avec mon chariot...en mode pause au terminal des arrivées... (alors que je ne suis pas partie...)

Après une heure de "mode pause", peut être moins, peut être plus, ne sachant que faire seule avec une journée devant moi, je recroise les Argentins de la veille... et je me transforme en compagnon de route de ces trois journalistes portenos... un café, le bus et enfin l'hôtel... et surtout surtout surtout l'atttente... Nous décidons de nous rendre à Paris puis nous renonçons... et nous nous rendons au comptoir d'Air France (car il faut savoir que le numéro de téléphone d'assistance pour avoir des renseignements est... surtaxé et peu, très très peu joignable... ). Le manque d'information devient vraiment pesant...nous ne savons même pas si le vol du soir même va partir alors qu'Ezeiza a réouvert et fonctionne normalement...Nous arrivons à avoir quelques faibles informations incertaines...mais surtout le conseil du jour : venez demain matin à 7h30 et peut être y aura-t-il un vol pour vous à 9h30...  De retour à l'hôtel, nous nous accrochons à cette version... chacun s'est déplacé, a appelé, et les versions se contredisent, se complètent, correspondent, ne correspondent pas... Nous attendons avec impatience, dans l'espoir qu'Air France informe notre hôtel... Le manque d'information désarme tout le monde et chacun est au bord de la rupture...N'en pouvant plus de l'ambiance tendue et des spéculations de chacun nous décidons d'aller nous balader à Roissy ville... ville dortoir... une supérette, des résidences, des maisons, une église et deux restaurants... rien de transcendant et pas de quoi passer le temps !(je vous déconseille vivement cette destination...) nous retournous donc dîner à l'hôtel !et toujours pas d'information, chacun erre seul en petit groupe, seul...et moi je découvre le rock argentin... emblématique semble-t-il... à une heure du matin l'info tombe dans le hall alors que presque tout le monde dort : nous sommes convoqués le lendemain à 17h pour nous enregistrer et partir sur le vol de 23h20...soulagement de tout le monde !

 

Mardi 18 octobre 2011 : dernière journée avant le départ...

Contents de certainement partir (des doutes tout de même mais tellement d'espoir qu'il dépasse tout) mais lasse de cette ambiance nous décidons de partir nous balader sur Paris... nous quittons l'hôtel... avec mes 41,4 kilos de bagage à traîner, pousser, tirer dans le bus, le métro de l'aéroport, nous laissons nos valises à la consigne...sous la pluie... Après 40 minutes de RER nous arrivons sur le parvis de Notre-Dame, nous promenons sur les bords de la Seine, un café en terrasse (couverte!!!) et le retour à l'aéroport... A 17h, la nouvelle tombe : nous allons être mis sur liste d'attente pour le vol de ce soir... mais l'avion est plein et nous sommes plus de 100... Priorité aux enfants, femmes enceintes, personnes de plus de 60 ans, puis les Argentins puis en dernier les Français... Je me desespère, sers de traductrice pour mes nouveaux "amis"...les esprits s'échauffent mais surtout tout le monde est fatigué et las...après une journée de doutes et d'attente la veille, l'espoir de partir et de nouveau le doute qui revient tout le monde commence à perdre patience... elles seules peuvent faire accepter ou non les possibilités par leurs superviseurs... et c'est au cas par cas... uniquement au cas par cas... plusieurs solutions semblent se dessiner : ou être mis sur liste d'attente sans aucune certitudes...la compagnie miserait sur 20 places de libre par vol pour nous... nous savons donc que ni moi ni mes compagnons d'infortune ne voleront ce soir...et si tu ne peux pas embarquer ce soir te retrouver sur la liste d'attente de demain, et ainsi de suite.. ou demander une date pour arreter de faire des heures de queue tous les jours et de se promener ses valises dans l'espoir de pouvoir décoller... et c'est la solution qui semble la plus intéressante... tout le monde reste assez calme ce qui est assez étonnant en réalité... mais tout le monde en a marre... la tactique en réalité c'est de se plaindre... et de commencer à s'énerver...même si les hôtesses n'y peuvent rien et moi je panique : en tant que française, je ne suis pas assurée de continuer à bénéficier de l'hôtel... et devrais rentrer en Bretagne pour ensuite revenir je ne sais pas quand... Mais nouveaux "amis" mentionnent que nous voyageons ensemble... et ils me sauvent !!!!!!! Je me retrouve donc avec un billet pour...jeudi soir... ! "si le volcan ne refait pas des siennes..." me dit-on... jajaja !!!

et nous voilà de retour à l'hôtel pour deux nuits... et demain ? du temps à tuer...sans doute de nouveau Paris...(et donc de nouveau 20 euros dans le RER....) mais au moins le doute et le manque d'information ne sont plus là !!!! et Buenos Aires se rapproche semble-t-il...

 

Mercredi 20 octobre : une journée à ne rien faire... mais au moins pas besoin d'aller faire la queue à l'aéroport... fatigue accumulée et visite de Roissy ville...

 

Jeudi 21 octobre : le grand départ.... ce soir !

midi : il faut avoir quitté l'hôtel....alors direction l'aéroport.... de nouveau le bus et tous ces kilos à traîner, tirer, pousser !!! les bagages à la consigne direction Paris.... le centre Georges Pompidou, resto cubain et Beaubourg (c'est l'Argentin qui décide des adresses....)..le métro à l'heure de pointe et la queue pour s'enregistrer...

et puis le contrôle douanier... en règle et précis...pointu.... minutieux...

et nous voilà dans le duty free... un sandwich, on flâne, derniers appels et derniers textos pour les petits français et c'est l'embarquement non sans un pincement au coeur.... ça y est.... c'est parti.... et puis films et musique.... mon compagnon de route est mon voisin dans l'avion.... derrière et sur les côtés quelques visages connus...

Après 13h de vol nous voilà arrivés.... passage à la douane : 90 jours sur le territoire argentin... petite frayeur avec nos valises qui n'arrivaient pas... le tout récupéré c'est l'heure d'y aller... on prend le même taxi et on se sépare...

 

Presque une semaine entière entre chez moi et l'Argentine... dans un espèce d'espace temps et de lieu à part.... de jolies rencontres (argentines.... parce que les français.... pas très très cools...), de très jolies rencontres, de beaux échanges musicaux et d'idées... un petit picement au coeur...de nouveau des au revoirs et....l'aventure commence....

 

Muchas muchas gracias a mis companeros de viajes que tanto me ayudaron... gracias !! esperando verlos pronto... por casualidad o no !...

Publié dans Dia a dia

Commenter cet article

miprofesora 20/10/2011 09:07


Courage.... Dernière journée à Paris et ensuite à toi Buenos Aires: le tango , le maté , la carne asada ...